la danse orientale

La danse orientale :
l’essence de la Féminité

La danse orientale remonte à des temps très anciens, époque où l’art était intimement lié au culte religieux et la sexualité considérée comme un aspect sacré de la vie.

Elle est une survivance des danses pratiquées lors des rites de fécondité et des cultes rendus aux déesses, jadis répandues dans le monde entier.

Elle s’est particulièrement développée dans les pays de l’est du bassin méditerranéen notamment en Turquie et en Egypte où elle a atteint un très haut niveau de raffinement.

Au 20e siècle, en même temps qu’elle recevait des influences de l’occident, elle a commencé à être exploitée commercialement et à devenir une danse de cabaret très éloignée de ce qu’elle était à l’origine. C’est essentiellement sous cet aspect qu’on la connaît.

Depuis une quinzaine d’années, cependant, elle vit une renaissance et prend peu à peu sa place légitime d’art à part entière.

Cette danse est d’une extrême richesse ; ancrée dans la terre parce qu’elle place l’essentiel de ses mouvements dans le bassin, elle est aussi reliée au ciel par les mouvements serpentins des bras, du buste et des mains. Tour à tour méditative, envoûtante, dynamique, passionnée, sensuelle, elle est une célébration de la féminité.

La danse orientale est une danse qui muscle le corps en douceur et en profondeur. Elle sollicite toutes les parties du corps en les assouplissant et se prête aussi bien à la chorégraphie qu’à l’improvisation.

Elle s’adresse à toutes les femmes, quel que soit leur âge et leur physique et permet à chacune, après acquisition d’une certaine technique indispensable, d’exprimer sa sensibilité propre et sa créativité.

Karima et Amandine proposent des cours de danse orientale sur Aix-en-Provence. (voir biographie).

vous pouvez également consulter la page de présentation des spectacles, la galerie photo, ou encore visionner des extraits vidéos...